Twitter : l’outil qui divise les journalistes

9 heures et demi le public du plateau B est en grande partie constitué de jeunes étudiants. Cela s’explique par le thème de l’atelier : les réseaux sociaux, un atelier proposé et animé par l’Agence France Presse. Sur le mur derrière les huit intervenants sont projetés tous les tweets comportant le hashtag de ces assises « assisesj ». Si le débat portait  aussi sur Facebook c’est surtout de Twitter dont il a été question.

 Des « gazouillis »  dangereux qui aident le travail des journalistes

Depuis l’affaire le verdict du procès Clearstream en France puis l’affaire DSK, le monde des médias semble s’être mis à l’heure twitter. Une majorité des journalistes possède un compte et les blocs twitter défilent sur tous les sites d’informations. Les gazouillis (tweet en anglais) permettent de récupérer vidéos et images bien plus rapidement. Pierre Haski, directeur de la rédaction de Rue89, en témoigne : « Quand j’étais en Chine je devais me débrouiller pendant 3 jours pour avoir une vidéo. De nos jours avec twitter, je peux la récupérer en 10 minutes en étant en France. »

 Une rapidité dont ont tiré avantage les acteurs des révolutions arabes selon Juliette Hollier-Larousse, directrice adjointe de l’information à l’AFP. Les vidéos ou images envoyées par les témoins des révolutions étaient récupérés par les médias et largement diffusées. Ce que tempère immédiatement Julien Pain, responsable éditorial du site et de l’émission des Observateurs de France 24, « Il faut minorer l’effet de twitter. Facebook a joué un rôle bien plus important »
 Twitter : Stimulateur d’egos ?

Lorsque les intervenants abordent la notion de « personnal branding » (Le fait de mettre en avant  et « commercialiser » son image), les participants s’animent.  Le personnal branding,  c’est l’une des forces de twitter. Au final quoi de mieux pour un jeune (et/ou futur) journaliste que de se faire connaître grâce à ses tweets? Une affirmation qui ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les intervenants. Certains  s’indignent, pensant que cette lutte d’egos pourrait faire des dégâts au sein des rédactions. Erwan Gaucher, un blogueur qui assistait à l’atelier clôt la discussion, « les grands journalistes font eux-mêmes du personnal branding avec les émissions de télé auxquelles ils participent, pourquoi les jeunes  devraient s’en priver ? »

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :